Rechercher

close
Secouer un bébé n'est jamais la solution

CD37

Secouer un bébé n'est jamais la solution

Tous les parents ont déjà connu cela, un bébé qui pleure sans arrêt, sans raison apparente, et que rien ne semble calmer. Dans la majorité des cas, tout se termine bien, mais pour une minorité d’enfants, il en va autrement : l’adulte qui s’occupe du bébé ne sait pas comment le calmer, s’énerve, et le secoue violemment pour le faire taire. C’est ce qu’on appelle le « syndrome du bébé secoué ».

 

Chaque année en moyenne, deux cents cas sont recensés en France, entrainant le décès ou des séquelles irréversibles pour ces bébés.

 

Pour sensibiliser les jeunes parents et prévenir ce risque le Conseil départemental qui a pour mission de veiller à la santé des 0 à 6 ans à travers son service de protection maternelle et infantile (PMI) lance une campagne de communication grand public.

 

C’est quoi le syndrome du bébé secoué ?

Le syndrome du bébé secoué désigne les lésions au cerveau lorsqu’un enfant a été secoué avec violence. Les caractéristiques sont une hémorragie intracrânienne et une hémorragie rétinienne, parfois accompagnées de fractures et d’ecchymoses. Elles ont des effets considérables et permanents sur le développement futur de l’enfant : difficultés d’apprentissage, troubles cognitifs, problèmes de diction ou de comportement, cécité, surdité, voire mort du bébé. Le syndrome du bébé secoué est considéré comme une forme de violence faite aux enfants, il s’agit d’un acte criminel.

 

Garder votre calme et faites-vous aider…

Pleurer est le seul moyen dont votre bébé dispose pour exprimer sa faim, sa douleur ou son ennui. En apprenant à décoder ses pleurs et à réagir en conséquence, vous lui offrez un sentiment de sécurité dont il a besoin.

  • Vérifiez s’il a faim ou si vous devez changer sa couche.
  • Massez son ventre ou son dos.
  • Marchez avec lui.
  • Donnez-lui un bain tiède.
  • Mettez de la musique douce et bercez-le

Si votre enfant continue à pleurer et demeure inconsolable et que vous êtes à bout : sortez de la pièce pour retrouver votre calme, appelez un(e) ami(e), la famille, un voisin, pour prendre le relais.

 

Le plus important, est de ne jamais le secouer. Quelques secondes de violence peuvent avoir des conséquences dramatiques : si l’enfant ne meurt pas, il conserve des séquelles neurologiques permanentes.

 

Si votre enfant fait un malaise, appelez immédiatement :

le samu : 15 ou 112 ou les pompiers : 18
ou SOS Médecins : 3624

 

Vous souhaitez vous assurer que votre enfant va bien, demander des conseils sur son développement, les pleurs, les soins, l’allaitement, l’alimentation, le sommeil…

 

Le service de Protection Maternelle et Infantile PMI du Conseil départemental organise des consultations de pédiatrie préventives gratuites réalisées par des médecins et des infirmières-puéricultrices.

 

Prenez rendez-vous auprès de la Maison départementale de la solidarité, la plus proche de votre domicile :

Retour